Khatibi dans l'ordre transparent de l'Univers

 

Dans la nuit soucieuse

De notre aimance

Inachevable et inachevée

Dans la nuit orageuse

Plus haute que les marées

C’est déjà le rêve !

Mêle-nous à toi

Dans les eaux

D’un miroir intemporel

Entre fulgurance et éclat

Ton corps se recrée

Et ton âme veille

Ne ferme pas ton regard

Par une pierre !

Ici les pierres

Ne sont pas d’usage

Et l’argile fond

Au seuil de ton visage

Jette un regard sur nous

Qui sommes encore en vie

Dans notre terrestre vivre

Où toute vie est

Promesse de mourir

Nous imaginerons par toi

Et en toi

Que nous te rejoignions

Par le savoir-sentir

Extrême !

Permets-nous

Ces folles espérances

Pour conjurer ton absence

Ici et là

Dans le monde criblé du vide

Que tu nous as laissé

Rappelle-nous que

La pensée du partage

Se conçoit de l’intérieur !

Il se peut qu’à présent

La nôtre s’éclipse

Derrière les contours

Que prend l’éternité

Pour veiller sur nous

Aux racines de ton silence

Rappelle-nous que tu reviens

Et ne cesse jamais de revenir !

Ta pensée aimante

Arpentant l’ici et l’ailleurs

Nous provoque et nous séduit

Jusqu’aux digues de la folie

Y a t-il une consolation

Autre que celle-ci

Sur cette terre ouverte

Vers l’esprit de l’océan ?

Une terre que nous partagions

Partage désormais inconsolé !

Dis-nous

Comment amarrer tes mots

Sans craindre le soleil

Qui se couche

A la jonction des courbes

Hérissées à l’horizon

De notre oubli

Ni l’éblouissement disjoint

De la lumière bigarrée

De notre mémoire !

Entre silence

Et passage à témoin

Nous errons

Dans les couloirs du destin

Dis-nous

Comment sourire à l’avenir

Comment atteindre

Un espace radieux

Sans nous être préparés

A ton adieu

Ni devisé de mort

Avec toi !

"Faites votre deuil !"

Nous dit-on

Sentence irrévocable

Mouillée de nos larmes

Qui coulent encore

Alors que nos maux

Entrecoupés de tes mots

Irisent des vocables

Par centaines

Et inondent de torrents

Des pages déjà pleines

De toi !

Ni prose ni poésie

Rien que le don

Que tu nous as confié

Tout au long de ta vie

La trace

Que nul vent n’efface

Et le signe maître

Et souverain !

 

 

 

Poème publié sur eljadida.ma, le 23 avril 2010

http://www.eljadida.ma/actualite_news_el_jadida/khatibi-dans-l-ordre-transparent-de-l-univers-a3265.html

 

Et dans "Né demain " Hommage à Abdelkébir Khatibi, Collectif dirigé par Mourad El Khatibi, Mars 2014.